Homme derrière un abri de pêche blanche près d’une motoneige sur la glace.

Lac Manitouwik Lake | James Smedley

Guide de la pratique moderne de la pêche sur glace en Ontario

Homme derrière un abri de pêche blanche près d’une motoneige sur la glace.

Lac Manitouwik Lake | James Smedley

Pour les habitués de la pêche sur glace, braver les conditions hivernales difficiles en plein air fait partie du charme de ce sport, mais même les purs et durs utilisent une vaste sélection d’équipement de pêche blanche spécialement conçu pour rendre ce sport se pratiquant au plus froid de l’hiver encore plus agréable.

Percer un trou dans la glace et y glisser un leurre pour attirer les poissons peut sembler simple, mais il faut un minimum de savoir-faire et d’équipement pour y arriver de façon sécuritaire, agréable et efficace. Heureusement, les amateurs de pêche blanche peuvent de nos jours compter sur de l’équipement qui leur facilite la tâche.

Quels vêtements choisir pour la pêche sur glace

Il va de soi que c’est un sport qui se pratique par temps froid, et c’est donc dire que sans des vêtements appropriés, les températures sous zéro degré peuvent rapidement devenir un ennemi redoutable. C’est pourquoi choisir des vêtements appropriés est un impératif. Voici donc quelques conseils.

  • Les vêtements en contact direct avec la peau sont importants. Comme couche de base, choisissez des sous-vêtements imperréspirants qui gardent au sec en évacuant rapidement l’humidité.
  • Ajoutez ensuite une couche à base de laine ou de molleton, puis pour terminer, portez un pantalon et une veste ou un manteau coupe-vent.
  • Les gants sont bien plus pratiques pour accomplir les tâches associées à la pêche sur glace, mais les mitaines sont plus chaudes. Ayez les deux avec vous et passez de l’un à l’autre au besoin.
  • Pour la tête, portez quelque chose à l’épreuve du vent qui couvre les oreilles ou avec des oreillettes pour les jours très froids et venteux. Une tuque légère peut être utile pour les journées douces.
  • Vous devez aussi apporter une attention spéciale aux pieds. Il existe sur le marché beaucoup de bottes d’hiver très chaudes à l’épreuve des températures allant jusqu’à -100 °C qui feront très bien l’affaire par temps sec ou neigeux. Cependant, le poids d’une épaisse couche de neige peut favoriser la formation de gadoue, et percer un trou n’améliorera pas les choses. C’est donc dire qu’avec une surface ou par un temps humide, des bottes complètement isolées à l’épreuve de l’eau sont la seule option pour demeurer confortable et au sec.
  • S’il fait soleil, portez des verres fumés et appliquez une crème solaire sur les surfaces de peau exposées.

De façon générale, il y a en hiver des journées nuageuses, d’autres froides ainsi que de superbes journées plus douces où des vêtements très chauds ne sont pas nécessaires, mais porter de multiples couches demeure important. Il vaut mieux avoir trop chaud que trop froid, car il demeure possible d’enlever une couche ou deux, selon les conditions.

Mesurer l’épaisseur de la glace par prudence

La première chose à faire est d’évaluer si l’épaisseur de la glace est sécuritaire pour circuler.

Règle générale, 10 centimètres (4 pouces) de glace compacte sont suffisants pour le poids d’une personne et 12,5 à 18 centimètres (5 à 7 pouces) peuvent supporter une motoneige. Avec une épaisseur de 20 à 30 centimètres (8 à 12 pouces), une voiture peut circuler et entre 30 et 38 centimètres (12 à 15 pouces), une camionnette. Voici d’autres points à prendre à considération.

  • L’épaisseur de la glace peut varier par endroits et vous devez donc éviter les zones de fort courant près de l’embouchure des rivières et les passages étroits, car la glace risque d’y être bien plus mince. C’est encore plus vrai en début de saison, lorsque la glace est en train de se former, et en fin de saison, lorsque la fonte a commencé.

Apprenez‑en plus sur la manière de vous y prendre pour assurer votre sécurité sur la glace.

Se déplacer sur la glace

La marche ou encore la raquette ou le ski sont les moyens de base fiables pour se déplacer sur la glace. Vous pouvez vous servir d’un petit sac à dos ou d’un traîneau pour transporter les appâts, les vivres et l’équipement pour une journée de pêche sur glace.

La motoneige est le moyen de transport le plus populaire pour parcourir de longues distances sur des territoires enneigés. De nos jours, les traîneaux sont généralement plus légers, plus rapides et plus fiables que jamais, et il existe un vaste éventail de modèles. Ceux conçus spécialement pour la pêche blanche ont généralement des patins longs et larges pour glisser facilement sur la neige épaisse. Ils permettent de tirer une charge lourde de sorte qu’avec la motoneige, il devient possible de transporter beaucoup d’équipement.

Les pêcheurs se déplacent aussi en véhicule tout-terrain (VTT) à l’année, en particulier aux endroits où les accumulations de neige sont faibles. Comme la motoneige, un VTT peut tirer un traîneau rempli d’équipement. Il est aussi possible d’y ajouter des patins pour mieux répartir la charge dans la neige épaisse.

En vous déplaçant en motoneige ou VTT, restez sur les pistes. S’aventurer hors des pistes dans la poudreuse légère peut être amusant, mais il faut garder à l’esprit qu’il y a toujours des risques de formation de gadoue. Le poids d’une neige épaisse peut faire surgir de l’eau par les fissures et les trous dans la glace, et l’eau mêlée à la neige peut ainsi former de la gadoue. Les motoneiges récentes ainsi que les VTT munis de chenilles peuvent tolérer une certaine quantité de gadoue, mais il y a des limites, et rester coincé dans la gadoue n’est pas une mince affaire. Usez de prudence et renseignez-vous bien sur les limites de votre véhicule.

Sur de nombreux lacs de grande superficie dans le nord de l’Ontario, les routes de glace sont déneigées et les pêcheurs peuvent se rendre en voiture ou en camion jusqu’à l’endroit où ils vont pêcher. Sur certains lacs, comme le lac des Bois et le lac Wabigoon, on trouve tout un réseau de routes de glace déneigée pour accéder aux emplacements populaires pour la pêche blanche, y compris aux cabanes de pêche à louer. Les routes de glace déneigées sont toutefois aussi à la merci des éléments et ne doivent être utilisées que lorsque les conditions le permettent.

Cabanes et abris de pêche sur la glace

Même pendant les journées d’hiver les plus douces, il fait bon se mettre à l’abri. Alors quand le temps est venteux ou que la température est de -20° C ou moins, il est crucial d’avoir un abri pour une journée de pêche.

Les cabanes artisanales traditionnelles de pêche sur glace varient beaucoup tant du point de vue de la forme que de la taille, avec différents niveaux de commodité. Elles offrent au minimum une protection contre le vent et elles sont souvent chauffées, avec des sièges confortables près des trous dans le plancher pour pêcher.

Sur de nombreux grands lacs de l’Ontario, les pêcheurs peuvent louer de grandes cabanes chauffées équipées de lits et d’une cuisine rudimentaire. Il y en a même qui poussent le luxe jusqu’à inclure une télé, un four micro-ondes, une toilette intérieure et le chauffage avec thermostat en plus d’une quantité suffisante de lits pour loger huit personnes confortablement. Ces grands chalets de pêche restent le plus souvent stationnaires durant toute la saison.

Apprenez‑en plus sur les pourvoyeurs de pêche en Ontario.

Les pêcheurs pour qui la mobilité est importante utilisent des abris de pêche mobiles, qui servent aussi de traîneaux. Ils peuvent être déplacés à la main ou remorqués par une motoneige ou un VTT et ils sont dotés de poteaux télescopiques, qui s’étirent et servent de base pour un abri en tissu à l’épreuve du vent.

Il existe aussi des abris de tissu autonomes pliables qui peuvent être plantés dans la glace à l’aide de vis à glace.

Les abris en dôme peuvent être rendus plus confortables à l’aide de tissu isolant, d’un plancher constitué de morceaux de caoutchouc emboîtables posés sur la glace et d’une chaufferette portative au propane. Certaines chaufferettes au propane sont dotées d’un interrupteur automatique qui éteint l’appareil en cas de baisse d’oxygène. En cas d’utilisation d’une chaufferette dans un espace clos, veillez à assurer une bonne ventilation pour éviter un empoisonnement au monoxyde de carbone.

Une tarière à glace pour percer les trous dans la glace

Pour pouvoir pêcher, il faut percer un trou dans la glace et, en plein hiver, l’épaisseur de la glace peut atteindre un mètre et même plus.

L’outil le plus courant utilisé pour percer la glace est une tarière à glace. À la base, il s’agit d’une perceuse à glace géante, avec un arbre en forme de spirale se terminant par des lames inclinées.

Les tarières les plus populaires pour la glace percent des trous d’un diamètre de 16 cm (6 pouces) à 25 cm (10 pouces). Une tarière manuelle de 16 cm de diamètre peut faire l’affaire, mais il faut exercer une bonne force physique et le perçage de plusieurs trous peut donc s’avérer épuisant. Une tarière à moteur fait économiser beaucoup de temps et d’énergie. Il existe de nos jours tout un éventail de tarières à essence ou au propane avec moteur à deux ou à quatre temps.

La dernière tendance, c’est les tarières électriques avec pile rechargeable. On trouve aussi des perceuses rechargeables avec embout de tarière et lames légères. Comme pour tout type d’outil à pile, prenez soin de garder les piles au chaud et de toujours en avoir une de rechange. Il n’en reste pas moins que la plupart des tarières électriques peuvent, avec une seule charge, percer plus de trous que la plupart des pêcheurs ont besoin en une journée.

Détecteurs de poissons et caméras sous-marines

Les appareils électroniques servant à repérer le poisson sont utilisés depuis longtemps pour la pêche sur l’eau, mais c’est un phénomène relativement nouveau pour la pêche sur glace.

Des appareils appelés clignotants utilisent des lumières de couleur pour sonder le fond du plan d’eau et appâter ou attirer le poisson pouvant se trouver dans le faisceau.

Les clignotants demeurent très efficaces et populaires, mais il existe maintenant aussi tout un éventail de détecteurs de poissons avec écran à cristaux liquides. Par le passé, les écrans à cristaux liquides ne fonctionnaient pas très bien avec des températures inférieures à 0 degré, mais ils se sont beaucoup améliorés et ils sont maintenant offerts dans des modèles dont le prix varie entre quelques centaines et quelques milliers de dollars.

Une fonction de base d’un détecteur de poisson est de simplement mesurer la profondeur de l’eau. En hiver, c’est un appareil utile pour repérer des structures comme des récifs, des piles de roches ou des dépôts qui peuvent attirer les poissons.

Il y a des modèles dotés d’un GPS permettant de garder en mémoire des emplacements intéressants pour les retrouver plus tard. Comme le nom de l’appareil l’indique, il montre aussi les poissons et leur emplacement dans l’eau. Un bon détecteur de poisson montre aussi où se trouve l’appât par rapport au poisson de manière à permettre de placer l’appât au bon niveau pour attraper le poisson.

L’une des plus récentes innovations dans les détecteurs de poisson est un transducteur qu’on place sous la glace et qui est constitué d’un arbre effectuant des rotations à 360 degrés. Tandis que les clignotants et les détecteurs traditionnels ne montrent que ce qui se trouve directement sous le trou, ces appareils repèrent des poissons qui se situent dans un rayon de 40 mètres ou plus. Muni d’un appareil semblable, il devient aussi facile de placer un appât devant des poissons que de percer un trou au-dessus de leur position.

La caméra sous-marine constitue un autre outil faisant partie de l’arsenal des pêcheurs. En faisant glisser une petite caméra au bout d’un câble jusqu’au fond, on peut voir à l’écran une vidéo de ce qui se passe en profondeur, ce qui permet d’identifier les espèces et leurs réactions à une diversité d’appâts et de leurres.

Si on ajoute à cela des cannes à pêche et des moulinets spécialement conçus pour la pêche sur glace, c’est beaucoup d’équipement pour une journée de pêche blanche. Ces accessoires ne sont pourtant pas une nécessité. Les plans d’eau abondent en Ontario, et les pêcheurs ont le choix entre un grand nombre d’endroits et de manières de pratiquer la pêche sur glace.

Apprenez‑en plus sur Tout ce que vous devez savoir pour vous initier à la pêche sur glace en Ontario.

Mis à jour : 21 février 2024

À la recherche de conseils touristiques sur l’Ontario?

Nos experts sont ici pour vous aider à planifier votre voyage idéal. Téléphonez ou réservez aujourd’hui.