Un jeune homme tient un poisson à l'intérieur d'une tente de pêche sur glace

Crédit photo : Gord Pyzer
Emplacement : Lac Kakagi, Nestor Falls

Vos rêves de pêche sur la glace deviennent réalité en Ontario

Un jeune homme tient un poisson à l'intérieur d'une tente de pêche sur glace

Crédit photo : Gord Pyzer
Emplacement : Lac Kakagi, Nestor Falls

L’agréable dilemme que pose la pêche sur la glace dans la province du trillium consiste à devoir faire un choix parmi d’innombrables options impressionnantes. Il est souvent difficile de décider d’un endroit et d’une espèce à attraper.

Par exemple, certains pêcheurs sur glace désirent attraper plus de poissons qu’ils n’en ont jamais pris, tandis que d’autres veulent capturer le trophée d’une vie. Les amateurs purs et durs de pêche sur la glace peuvent attacher un abri portatif à l’arrière d’une motoneige ou d’un VTT et se rendre jusqu’aux profondeurs du magnifique arrière-pays, où ils seront vraisemblablement divertis par un mésangeai du Canada qui vient se poser sur leur main pour manger le morceau de pain qu’ils tiennent entre leurs doigts, ou à la vue d’un orignal, d’un cerf, d’un lynx ou d’une famille de loutres. Vous aurez de la difficulté à imaginer qu’un tel endroit existe tant que vous n’aurez pas vécu une journée à pêcher sur la glace d’un lac sauvage, où il semble que vous et vos amis êtes les seules personnes sur Terre. Un tel endroit existe bel et bien en Ontario.

Vous pourrez même rire en vous surprenant à murmurer à voix basse pour ne pas perturber la tranquillité et la sérénité. Jusqu’à ce que vous attrapiez un touladi, un doré, un grand brochet, une truite mouchetée, une truite arc-en-ciel, une truite moulac, une marigane noire ou une perchaude format géant et que votre canne se torde et que votre ligne crie. Cette montée d’excitation constitue de l’euphorie à l’état pur.

Pourtant, d’autres adorent le fait de pouvoir pêcher sur la glace de lacs faciles d’accès — où il est souvent possible de conduire votre véhicule jusqu’à l’emplacement de pêche sur une route de glace entretenue — tandis que votre famille et vos amis patinent sur le lac, font de la raquette et du ski de fond dans une neige fraîchement tombée ou préparent un feu de camp sur la rive pour faire griller des hot dogs et des guimauves... ou ce délicieux poisson frais que vous venez tout juste de pêcher. Il existe une foule de manières de profiter de la pêche en Ontario.

Du poisson en abondance en Ontario


Vous vous pincerez pour vous convaincre que vous ne rêvez pas lorsque vous découvrirez l’impressionnante variété de poissons en Ontario. Ces variétés incluent pratiquement toutes les espèces gibiers que vous pouvez imaginer.

D’innombrables touladis

Les touladis se trouvent sans contredit au haut de la liste pour plusieurs raisons, y compris les merveilleux endroits où ils vivent. De magnifiques lacs répartis sur le territoire accidenté du Bouclier canadien contiennent une eau cristalline dont ont besoin les touladis pour prospérer. Quelques-uns des lacs à touladis les plus célèbres de l'Ontario incluent le lac des Bois, le lac Clearwater, le lac Minnitaki, le lac Supérieur, le lac Nipigon, le lac Temagami, le lac Muskoka et le lac Simcoe. Mais cette liste ne rend pas justice à la province lorsque vous vous rendez compte que l'Ontario compte plus de lacs où pêcher le touladi que n’importe quel autre endroit dans le monde.

 Un endroit très prisé pour pêcher des poids lourds en hiver est à l’extrémité d'une pointe sous-marine qui s'éloigne du rivage ou d'une île pittoresque — comme un doigt qui pointe vers un pot d’or. De hautes parois rocheuses et des falaises de granit abruptes sont deux autres emplacements névralgiques en hiver recherchés par des pêcheurs de touladis enthousiastes. Ces types d’emplacements gênent les poissons-appâts argentés — corégones, éperlans et mariganes — qui voyagent en grands bancs, ce qui les fait nager en un cercle confus, alors que les touladis jaillissent de leur lieu d’embuscade et les engloutissent. Laissez tomber votre leurre dans toute cette agitation frénétique et un touladi le confondra assurément avec un poisson-appât blessé. Fixez le crochet et tenez bon.

Le monde merveilleux du doré d’hiver

Si vous vous lassez de pêcher le touladi — si cela est possible — vous pourriez envisager de pêcher le doré en après-midi, lorsque le soleil est près de l’horizon. Ceux qui pêchent le doré sur la glace savent que la première heure du jour le matin et la dernière en après-midi constituent les deux meilleurs moments pour attraper ce que beaucoup considèrent comme le poisson d’eau douce au goût le plus raffiné. C’est parce que les dorés profitent d’une étrange bizarrerie de la nature. De tous les animaux, ce sont eux qui possèdent les yeux les plus gros et les plus réfléchissants par rapport à la taille de leur corps. Et ils sont négativement phototactiques, ce qui signifie qu’ils voient mieux dans milieux sombres et faiblement éclairés, même la nuit, que dans des milieux très ensoleillés.

Mais parce qu’il s’agit du poisson le plus populaire en Ontario, la plupart des pêcheurs sur glace ne se contenteront pas d’attendre ces deux petites fenêtres de temps pour le pêcher. Ils aiment pratiquer la pêche sur la glace toute la journée et connaissent beaucoup de succès en suivant simplement la ligne d’ombre autour de la structure où ils pêchent. Ces mêmes amateurs de doré d’hiver sont parfaitement conscients d’un autre secret de la pêche sur la glace en Ontario. Ces gros carnassiers aiment prendre pour cible de petites perchaudes. Les pêcheurs sur glace favorisent donc des turluttes de 3,5 à 10,6 grammes, des cuillères et des appâts de style Jigging Rap peints d’une couleur jaune, orange et chartreuse éclatante.   Autrement dit, des appâts qui ressemblent à une perchaude.

Tenter de ne choisir qu’une poignée de lacs populaires où pêcher le doré d’hiver en Ontario constitue une tâche impossible — il existe littéralement des milliers de lacs parmi lesquels faire un choix — mais le lac Rainy, le lac Seul, le lac Eagle, le lac des Mille Lacs, le lac Abitibi, le lac Nipissing, la baie Georgienne, le lac Muskoka et la baie de Quinte ont tous leurs adeptes.

La truite abonde en Ontario

Si vous adorez pêcher l’omble de fontaine (truite mouchetée, la truite arc-en-ciel et la truite moulac — les beautés éblouissantes de la famille des truites — sur la glace, préparez-vous à être époustouflé. L’Ontario offre sans contredit les meilleures possibilités de pêcher la truite sur la glace, et pas seulement dans un ou deux ou même quelques dizaines de lacs, mais plutôt dans plus de 2 000 des plans d’eau les plus panoramiques du pays du soleil couchant dans le Nord-Ouest de l'Ontario, dans les célèbres régions du lac Supérieur, de Nipigon, d’Algoma et de Temagami, jusque dans les Muskokas et les hautes-terres d’Haliburton entourant le parc provincial Algonquin, où vous trouverez la population de touladis la plus méridionale et naturellement durable sur terre. Et bien que la pêche à la truite soit phénoménale dans tous les Grands Lacs — ainsi que dans le lac Nipigon, le plus grand lac intérieur en Ontario — la vaste majorité des lacs à omble de fontaine, truite arc-en-ciel et truite moulac sont des lacs dignes d’une carte postale de moins de 80 acres, ce qui en fait des endroits parfaits pour le pêcheur sur glace d’arrière-pays.

Le lac Nipigon et la rivière Nipigon sont là où le Dr JW Cook a attrapé la truite mouchetée de 6,6 kilos détentrice du record mondial aux rapides Rabbit. Aujourd’hui, le ministère du Développement du Nord, des Mines, des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario se sert de la même souche de poissons géniteurs dans son imposant système d’écloseries pour garnir les plans d’eau de l’Ontario de millions de truites. Vous ne savez jamais de quelle taille sera le prochain poisson que vous prendrez.

Avec autant de possibilités de prendre de la truite, vous pouvez pêcher l’omble de fontaine un jour, puis la truite moulac le lendemain et la truite arc-en-ciel le jour suivant. Et parce qu’un grand nombre de lacs sont des trésors de petite et moyenne taille, ce sont eux qui gèlent en premier, ce qui vous permet de pêcher sur la glace dès décembre. Voilà ce qu’on appelle un cadeau de Noël.

Le cœur de la pêche à la marigane noire

L’Ontario offre les meilleures conditions au monde pour pêcher la marigane noire sur la glace. Du lac Rainy, lac des Bois et lac Wabigoon au pays du soleil couchant jusqu’aux eaux phénoménales le long de la rive nord de la baie Georgienne et du lac Huron, entre Sault Ste. Marie et Blind River, sans oublier les célèbres lacs Kawartha. de l'Ontario. En hiver, l’Ontario est le cœur de la pêche à la marigane.

La plupart des pêcheurs sur glace en visite vous diront qu’une superbe journée correspond à attraper 10 ou 15 mariganes. Mais les pêcheurs de marigane de l’Ontario sont déçus s’ils ne réussissent pas à attraper et remettre à l’eau le double de ce nombre. Certains jours, il est même possible d’en attraper 50, 75 et même 100.

Un bon sondeur contribuera de façon incommensurable au succès de votre pêche à la marigane sur la glace, puisque ces poissons aiment se mettre à l’abri dans les herbes durant le jour. Mais lorsque le soleil se couche, ils se glissent dans les zones dégagées. Et ils sont faciles à attraper à l’aide de petites turluttes à glace à laquelle on fixe de petits asticots de plastique souple.

Mais n’oubliez pas de tout faire en double. Rappelez-vous que vous pouvez utiliser deux cannes et trous en Ontario. Ainsi, de nombreux pêcheurs sur glace font deux trous côte à côte. En laissant un espace d’à peine 30 cm entre leurs trous, ils agitent verticalement une cuillère voyante dans un trou pour attirer et provoquer des mariganes curieuses. Mais si celles-ci ne se laissent pas prendre, elles dévoreront la petite turlutte sur laquelle est fixé le petit asticot de plastique souple dans le deuxième trou adjacent.

Viser l’or en Ontario

Si vous voulez provoquer un amusant débat sur la pêche, vous n’avez qu’à suggérer que le Lac Simcoe offre les meilleures conditions de pêche à la perchaude sur glace au monde. Ce lac jouit de cette réputation — mais les inconditionnels de la perchaude d’hiver qui pêche à la baie Black sur le lac Supérieur, sur le lac Nipissing, le lac Rainy, le lac des Milles Lac ou le lac des Bois protesteront. En réalité, l’Ontario offre un plus grand nombre de possibilités de pêcher la perchaude d’hiver que pour toute autre espèce. On trouve les perchaudes dans un si grand nombre des 400 000 lacs de l'Ontario qu’il est possible que personne n’ai jamais su combien il y en avait exactement.  Et elles sont souvent gigantesques, donnant ainsi un nouveau sens à l’expression « grosse perchaude ». Des perchaudes de 30 cm qui sont considérées comme étant grosses ailleurs sont plutôt évaluées comme étant de taille modeste dans de nombreux plans d’eau de l’Ontario, où une perchaude « de taille moyenne » mesure plus de 33 cm.  Un nombre beaucoup plus grand d’entre elles avoisinent les 36 cm de longueur et un poids de 0,9 kilo.

Et les crapets jaunes, noirs et orange deviennent fous lorsqu’ils aperçoivent une cuillère de couleur vive et luisante ou un leurre en tungstène pour la pêche sur la glace à l’extrémité duquel se trouve un ver en cire, un asticot ou une tête pincée d’un méné salé. Levez simplement votre leurre, faites une pause, puis laissez-le retomber jusqu’au fond. Et tenez solidement votre canne.

De grands brochets qui font trembler

Peu de poissons stimulent autant le pêcheur sur glace que les grands brochets qui atteignent des tailles monstrueuses en Ontario, en particulier dans les dizaines de milliers de lacs qui parsèment les trois quarts du nord de la province sur le Bouclier canadien. Les pêcheurs de partout dans le monde viennent en Ontario durant la saison des eaux libres pour attraper le grand brochet d’une vie, mais cette activité est encore plus plaisante en hiver.

Les eaux qui contiennent les gros poissons, par exemple le lac Rainy, la rivière Winnipeg, le lac Eagle, le lac Seul, le lac de Milles Lacs, le lac Nipissing, la baie Georgienne, le lac Abitibi, le lac Temiskaming et le lac Simcoe sont reconnus à juste titre, mais bon nombre des plus gros brochets se pêchent chaque hiver dans des lacs « secrets » qui passent sous le radar. Si vous avez un lac à brochet favori où pêcher en été, revenez-y en hiver pour une pêche encore plus explosive.

Et l’un des meilleurs trucs pour pêcher le brochet d’hiver en Ontario consiste à faire dandiner un gros poisson-appât sans lèvre dans la deuxième moitié — mars et avril — de la saison de la pêche sur la glace. Assurez-vous seulement de munir votre canne d’une ligne à pêche tressée de qualité supérieure de 9 kilos et un avançon en titane. Les attaques des brochets sont si féroces que ces derniers sont reconnus pour casser les cannes en deux et faire tomber les pêcheurs. En Ontario, nos brochets sont gros.

Le merveilleux monde du corégone d’hiver en Ontario

Nos corégones aussi sont gros, en particulier dans le lac Simcoe, qui depuis plus d’un siècle est considéré comme le meilleur endroit sur terre où pêcher le corégone en hiver. Ce lac est formidable, et les corégones qu’il contient atteignent des proportions gigantesques. Cependant, les pêcheurs de corégone qui visitent la baie Georgienne, le lac Muskoka, le lac Nipissing, le lac Temagami et les nombreuses baies le long de la rive nord du lac Supérieur, entre Thunder Bay et Sault Ste. Marie vous murmureront à l’oreille que leur repaire favori est tout aussi suprême.

Historiquement, les pêcheurs de corégone d’hiver utilisaient des brimbales et des guindineaux pour gréement pour pêcher, mais au cours des dix dernières années, les leurres lestés à l'avant Meegs ont volé la vedette et révolutionné la façon dont les pêcheurs attrapent le merveilleux corégone en hiver.

Il s’agit d’un jeu de finesse qui se joue de façon optimale en effectuant un zoom avant sur votre écran de sonar pour mettre en relief le fond du lac où se nourrissent les corégones en aspirant le limon, en filtrant les crustacés et les larves d’insectes et en recrachant les restes. Ainsi, lorsque vous remuez les sédiments en donnant des coups avec votre leurre dans la vase, tout corégone se trouvant à proximité arrivera pour vérifier, croyant qu’il s’agit d’un autre corégone en train de se nourrir. Cette méthode est si efficace qu’il arrive fréquemment que les pêcheurs sur glace de l'Ontario attrapent et remettent à l’eau 30, 40 et même 50 corégones ou plus en une seule journée. Et ce délicieux poisson — le corégone fumé est un mets délicat reconnu de par le monde — mesurera près de 61 cm de long et pèsera 1,4, 1,8 ou 2,3 kilos.

Nous vivons à l’âge d’or de la pêche sur la glace — et c’est en Ontario que vos rêves d’hiver se réalisent.

Mis à jour : 25 mai 2022

À la recherche de conseils touristiques sur l’Ontario?

Nos experts sont ici pour vous aider à planifier votre voyage idéal. Téléphonez ou réservez aujourd’hui.