Guide des Forts de l’Ontario à l’Usage des Passionnés d’Histoire

Deux soldats montent la garde à l'entrée d'un fort

Bien que des peuples autochtones y vivent depuis des milliers d’années, la véritable vague d’exploration européenne en Amérique du Nord a commencé au XVe siècle, suivie de siècles de colonisation, de revendications et de conflits de la part des Français et des Anglais.

Au XVIIIe siècle, les frontières commencent à se former et le Haut-Canada, l’Ontario actuel, est créé. Entre-temps, les guerres napoléoniennes de l’Ancien Monde ont donné lieu à des tensions entre les États-Unis et la Grande-Bretagne au Nouveau Monde, et la guerre de 1812 a sévi pendant deux ans le long de la frontière entre les États-Unis et le Haut et le Bas-Canada. La plupart des combats militaires et certains combats navals se sont déroulés dans le Haut-Canada. Le traité de Gand est signé en 1814, marquant la fin de la guerre. Et, comme de nombreux historiens en conviennent, il a jeté les bases d’une identité nationale canadienne.

Plusieurs forts et forteresses militaires de l’Ontario existent toujours et ont été soigneusement restaurés et préservés. Ils offrent une source inépuisable pour les amateurs d’histoire en proposant des visites guidées, des reconstitutions de batailles et des expositions d’uniformes, d’armes, de fournitures de caserne et d’autres artéfacts.

Voici un guide de quelques-uns des sites de fortifications militaires importants de l’Ontario.

L’Ontario s’aligne de façon sécuritaire avec les mesures de santé publique et de sécurité concernant la COVID-19.

Veuillez vérifier directement auprès de l’exploitant de l’entreprise avant votre voyage. Obtenez dès maintenant les renseignements les plus à jour.

Fort Frontenac

L’un des plus anciens forts de l’Ontario, le fort Frontenac a été érigé en tant que fort de traite français au cours de l’été 1673, à la confluence entre la rivière Cataraqui et le fleuve Saint-Laurent. Bien qu’il soit aujourd’hui utilisé par l’armée canadienne, le fort Frontenac a changé de mains plusieurs fois au cours des derniers siècles. Il a été abandonné par les Français à la fin des années 1600 avant d’être reconstruit quelques années plus tard. Le fort a joué un rôle déterminant dans la célèbre bataille de fort Frontenac, lorsque les forces britanniques ont pris le contrôle du poste de traite français pendant la guerre de Sept Ans. À la fin des années 1800, le fort Frontenac est devenu la propriété de l’armée canadienne. Les visites sont uniquement sur invitation.

Lieu : 388, rue Ontario, Kingston
 

Lieu historique national du Canada Fort-Erie

Depuis sa construction en 1764 jusqu’en 1812, le fort Erie a lutté contre les inondations, la glace et les tempêtes, et non contre la guerre, jusqu’à sa capture par les Américains en 1814. Ils l’ont abandonné la même année, et le fort a finalement été restauré en 1939. En 1987, les restes de 28 soldats américains ont été exhumés et rendus aux États-Unis avec tous les honneurs militaires. Aujourd’hui, le fort Erie est exploité par la Commission des parcs du Niagara.

Lieu : 350, chemin Lakeshore, fort Erie
 

Lieu historique national du Canada Fort-York

Éclipsé par les gratte-ciel et les autoroutes, le site patrimonial fort York est niché au cœur du centre-ville de Toronto. Il a été construit en 1793 pour défendre le port de la colonie de York, qui allait devenir la ville de Toronto. Pour éviter qu’il ne tombe aux mains des Américains, le fort a été détruit en 1813 et reconstruit l’année suivante. Huit bâtiments d’origine subsistent, dont le blockhaus et les casernes.

Lieu : 250, boulevard Fort York, Toronto

 

Lieu historique national du Canada du Fort-Malden

Initialement appelé fort Amherstburg, ce fut le lieu d’une série de prises et de reprises vertigineuse. Le fort a été construit en 1795, incendié par les Britanniques en 1813, reconstruit par les soldats américains qui l’occupaient en 1813 (la plus longue occupation américaine sur le sol canadien), restauré et renommé en 1819, reconstruit et entretenu par des soldats à la retraite jusqu’en 1859, date à laquelle il a servi d’asile d’aliénés et de parc à bois débités, entre autres, avant d’être reconnu et préservé comme lieu historique national en 1921. Ouf.

Lieu : 100, avenue Laird Sud, Amherstburg
 

Fort St. Joseph

Situé à l’extrémité sud de l’île St-Joseph, face au lac Huron et à la rivière Ste-Marie, cet ancien fort britannique comprenait un blockhaus, une boulangerie, une poudrière et un entrepôt après sa construction débutée en 1796. À l’époque, il représentait l’avant-poste le plus à l’ouest de l’Empire britannique. Parcs Canada entretient le site, préservant les ruines de calcaire et leurs histoires de lutte et de paix.

Lieu : 185, chemin Fort, Hilton Beach, île St-Joseph
 

Lieu Historique National du Fort George

Si ces murs pouvaient parler, le fort George raconterait toute une histoire. Au lieu de cela, vous pourrez écouter la saga de cet avant-poste militaire grâce à des interprètes vêtus de tuniques rouges qui reconstituent des parties importantes de la bataille, avec des tirs de mousquets programmés. Le fort a été créé en 1796 pour remplacer le fort Niagara, un bastion de défense attribué aux États-Unis dans le Traité de Paris. Pendant la guerre de 1812, le fort George et le fort Niagara se sont affrontés en duel, les Américains l’emportant en 1813, avant que le fort soit repris par les Britanniques la même année.

Lieu : 51 Queen’s Parade, Niagara-on-the-Lake
 

Lieu historique national du Canada du Fort-Henry

Ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO est situé juste à l’extérieur de Kingston, à l’embouchure de la rivière Cataraqui, et le fort Henry est sans conteste l’un des forts les plus impressionnants du pays. La construction a commencé en 1812, stratégiquement au sommet d’une colline appelée pointe Henry pour avoir une vue sur le fleuve Saint-Laurent et pour protéger l’arsenal de la Marine royale de Kingston. Le fort Henry, nommé d’après Henry Hamilton, ancien lieutenant-gouverneur du Québec, a été reconstruit en 1830, restauré 100 ans plus tard et est maintenant l’une des attractions patrimoniales les plus fréquentées de l’Ontario, proposant des visites et des événements spéciaux qui ont lieu tout au long de l’année. 

Lieu : 1, promenade Fort Henry, Kingston
 

Fort Frederick

Juste de l’autre côté de la rivière en face de la pointe Henry, la batterie du fort Frederick a connu l’action en 1812 en se défendant contre une attaque d’un escadron naval américain. Elle a été détruite et reconstruite en 1846 après l’ouverture du canal Rideau, ce qui a nécessité une nouvelle fortification. Le résultat est l’armement le plus robuste de tous les forts de Kingston, avec 32 caronades intégrées dans des murs de cinq mètres d’épaisseur. Malgré l’investissement dans le renforcement, le fort Frederick fut abandonné quelques décennies plus tard, en 1870. Aujourd’hui, il sert de parc aux cadets du Collège militaire royal.

Lieu : 15, promenade Passchendale, local 9, Kingston
 

Mis à jour : 2 novembre 2021

À la recherche de conseils touristiques sur l’Ontario?

Nos experts sont ici pour vous aider à planifier votre voyage idéal. Téléphonez ou réservez aujourd’hui.