Pêcher le maskinongé en Ontario

Un jeune homme dans un bateau tient un maskinongé pris dans une baie arrière du chenal nord du lac Huron

Crédit photo : James Smedley
Emplacement : Chenal nord du lac Huron

Si vous ciblez le maskinongé, vous vous distinguez également des autres pêcheurs. Vous êtes stimulé par la montée d’adrénaline pure que vous procure le combat contre ce poisson agressif et apprendre comment attirer ce prédateur méfiant peut devenir une obsession pour vous. La pêche au maskinongé, appelé le « poisson aux 10 000 lancers », est souvent comparée à la chasse au gros gibier. Les occasions d’attraper un gros maskinongé sont rares. Il faut du temps, de la patience et une bonne dose d’expertise, mais lorsque l’occasion se présente, la récompense est immense.

Tout maskinongé de plus de 127 centimètres est considéré comme un véritable trophée. Selon sa circonférence, un maskinongé de 127 centimètres peut peser de 11 à 18 kilos, et les eaux de l'Ontario regorgent de ce poisson. Le plus gros maskinongé de la province pesait 29 kilos et mesurait 147 centimètres de long et est l’un des plus gros maskinongés jamais pêchés. C’est la présence de poissons aussi gros et évasifs qui fait en sorte que les guides et pêcheurs de maskinongés continuent de pourchasser les eaux de l’Ontario à la recherche de la prochaine montée d’adrénaline qui change le cours d’une vie.

C'est une obsession à la limite de la dépendance qui se manifeste sur les eaux ontariennes tout au long de la saison.

Pêcher le maskinongé au fil des saisons


Dans la plupart des eaux de l'Ontario, la saison de la pêche au maskinongé s’ouvre le troisième samedi de juin afin de protéger ce poisson qui fraie au printemps, et se poursuit jusqu’à la mi-décembre. Pêcher à la traîne avec des bouchons ou lancer des cuillères Bucktail en eau libre constituent de bonnes techniques en début de saison, lorsque l’eau est froide. À mesure que la température de l’eau avoisine les 21 degrés Celsius (70 degrés Fahrenheit), les maskinongés se nourriront dans les baies peu profondes aux herbes émergentes, ou près des pointes rocheuses, des bancs de gravier et des passages entre les îles. Alors que la végétation s’épaissit durant l’été, pêcher avec des leurres de surface au-dessus des herbes d’étang constitue une façon formidable d’attirer les maskinongés à la surface. Du milieu à la fin de l’été, on peut trouver les maskinongés presque partout, des lits de végétation aux récifs étroits, jusqu’aux buttes rocheuses plus profondes. Ces prédateurs ultra efficaces passent beaucoup de temps à se détendre en été, rassurés de savoir qu’ils peuvent attraper un repas de gros poissons-appâts, comme des harengs, ou même des poissons-gibiers comme des dorés ou des touladis, chaque fois qu’ils en ont envie. De longues périodes de pêche lente peuvent être interrompues par des épisodes d’activité effrénée lorsque les maskinongés voraces passent à l’attaque. Attraper plusieurs gros poissons en peu de temps procure un enthousiasme que vous n’êtes pas près d’oublier.

En automne, des eaux qui refroidissent et des jours plus courts incitent les maskinongés à se nourrir abondamment en prévision du long hiver et de la fraie au printemps suivant. C’est une période au cours de laquelle certains des plus gros poissons de l’année sont pêchés. Alors que l’été cède sa place à l’automne, les maskinongés abandonnent la végétation et leur structure principale devient les rochers et les bordures nettes des chenaux profonds. De gros appâts en caoutchouc lancés en direction des structures rocheuses ou une pêche à la traîne avec des poissons-nageurs mesurant jusqu’à 30 centimètres constituent des stratégies fiables pour entrer en contact avec ces monstres d’automne.

Équipement pour pêcher le maskinongé : apportez l’artillerie lourde ou rentrez à la maison


Les pêcheurs de maskinongé ont tendance à accumuler les leurres et possèdent une collection de vastes assortiments de tailles, couleurs et styles conçus précisément pour attirer leur poisson favori. Il existe un large éventail de styles de leurres, mais leur dénominateur commun est « gros »; les cuillères Bucktail, les appâts en caoutchouc pour la pêche à la turlutte, les leurres de surface et un large éventail de bouchons pour pêche à la traîne peuvent mesurer de 20 à 36 centimètres. Lancer ou faire traîner des leurres nécessite des cannes à pêche à action rapide de 2,4 à 3 mètres et de gros moulinets à lancer lourd enroulés avec une ligne tressée avec un poids d’essai d’au moins 36 kilos. Les gros leurres lourds sont fixés à la ligne principale au moyen d’avançons de fluocarbone faible visibilité avec un poids d’essai de 45 kilos ou plus.

Pêcher à la traîne avec ces grosses présentations constitue une façon efficace de couvrir l’eau et est plus facile pour les bras, mais vous pouvez également lancer votre ligne. La plupart des pêcheurs de maskinongé terminent chaque lancer avec une manœuvre connue sous le nom de manœuvre en huit. Plutôt que de tirer votre leurre hors de l’eau, vous tracez simplement un huit juste sous la surface de l’eau avec le bout de votre canne. Les maskinongés sont curieux et suivent souvent les appâts directement jusqu’au bateau. Plutôt que de tirer votre appât hors de l’eau, la manœuvre en huit est simplement une façon de prolonger votre lancer. Le fait de continuer à faire bouger votre appât à la fin de votre lancer ne permet pas toujours d’attraper un poisson, mais il s’agit d’un dernier incitatif pouvant se traduire par une prise directement à côté du bateau.

Le combat contre l’une de ces puissantes bêtes aquatiques est rapide et intense et peut souvent se terminer en moins d’une minute. Plus un maskinongé reste accroché à la ligne longtemps, plus les chances sont grandes qu’il secoue l’hameçon, et l’équipement moderne est conçu pour réduire au minimum la durée du combat, ce qui est également mieux pour le poisson. Même si les règlements de la pêche en Ontario permettent de garder un maskinongé excédant une taille minimale dans la plupart des eaux de l'Ontario, la pêche avec remise à l’eau est largement acceptée dans la communauté du maskinongé, ce qui contribue à maintenir le statut de calibre mondial de la pêche en Ontario.

La courbe d’apprentissage est énorme en matière de pêche au maskinongé. Le fait d’entreprendre une sortie sur l’eau avec un guide permet aux débutants d’acquérir des compétences essentielles et permet de disposer de l’équipement spécialisé nécessaire. Même des pêcheurs de maskinongé d’expérience profiteront des services d’un guide, parce que la pêche se fait différemment dans chaque lac et les guides possèdent des connaissances locales précieuses des eaux de leur région. Avec un guide ou par vous-même, l’ingrédient essentiel est une population de maskinongés en santé.

Voici certains des meilleurs plans d’eau où trouver des maskinongés :

Lac des Bois 

Non seulement vos chances d’attraper un maskinongé de plus de 127 centimètres dans ce vaste plan d’eau du Nord-Ouest de l'Ontario sont excellentes, mais les eaux peu profondes et fertiles du lac des Bois peuvent souvent produire des chiffres représentatifs de la forte population de maskinongés. Avec littéralement des milliers d’îles, beaucoup de structures riveraines comme les pointes rocheuses, les passages, les baies et les lits de végétation contiennent des poissons. Une fois que vous avez trouvé un maskinongé dans le lac des Bois, il est fort probable que vous en trouviez d’autres. Vous trouverez ces poissons dans tout le lac, mais la baie Sabaskong près de la région de Morson est un emplacement névralgique reconnu. 

Lac Eagle

Peu de pêcheurs de maskinongés n’ont pas entendu parler du lac Eagle. Cette série de bassins lacustres principaux reliés par des étranglements sinueux tout juste à l’ouest de Dryden a la réputation bien méritée de produire des maskinongés de taille trophée. Les eaux limpides du lac Eagle abritent un territoire classique comme d’épais lits de végétation, des pointes rocheuses plongeantes et des buttes profondes où vous pouvez vivre l’enthousiasme de voir des maskinongés de toutes tailles suivre votre leurre.

Lac Seul

Cette étendue d’eau éloignée s’étend du nord-ouest de la municipalité de Sioux Lookout sur plus de 100 kilomètres. Il s’agit d’un immense lac-réservoir complexe formé au début des années 1900 par le barrage hydroélectrique d’Ear Falls. Les îles, étranglements, larges baies et chenaux profonds avec courant abritent tous des maskinongés. La réputation que possède ce lac sauvage du nord de produire beaucoup de gros maskinongés ne fait que grandir, alors qu’un nombre croissant de pêcheurs explorent ses eaux.

Lac Wabigoon

À portée de vue de l’usine de papier de Dryden jusqu’aux eaux boisées au sud-est de la ville, le lac Wabigoon possède une riche histoire de production de gros maskinongés. Le lac Wabigoon possède des zones d’eaux profondes, mais il s’agit essentiellement d’un lac peu profond où d’épais lits de végétation détiennent la clé pour trouver les monstres de Wabigoon. Des appâts tournants au mouvement rapide qui tournoient au-dessus des herbes d’étang en été ou le fait de lancer sa ligne dans des poches ouvertes de lits de végétation à l’automne peuvent permettre d’attraper des poissons de 127 centimètres. Être en contact avec des poissons de taille trophée dans des eaux aussi peu profondes que 30 centimètres garde les pêcheurs occupés sur le lac Wabigoon.

Lac Nipissing

Les eaux troubles du lac Nipissing s’étendent des plages sablonneuses de North Bay jusqu’aux rochers lisses et sculptés et aux îles couvertes de pins de la rivière des Français où ce lac de 65 kilomètres de longueur coule vers le lac Huron. Ce lac immense change de caractère depuis les grosses îles et eaux plus profondes des régions de la baie South et de la rivière des Français jusqu’aux eaux peu profondes et herbeuses de la baie Cache, en passant par les nombreuses petites îles et les bas-fonds du bras West. De nombreux points d’accès ainsi que des conditions de calibre mondial pour pêcher des maskinongés de toutes tailles, incluant des trophées de plus de 127 centimètres, permettent à cet endroit de rester une destination populaire pour pêcher le maskinongé en Ontario.

Lac Sainte-Claire

Bien qu’il soit relativement petit comparativement au lac Huron et au lac Érié, ce lac de 40 kilomètres de longueur est aussi large que long et est considéré comme étant l’un des meilleurs plans d’eau à maskinongé en Ontario. La majeure partie de ce vaste lac circulaire a une profondeur de moins de 4,6 mètres, et la pêche à la traîne est la façon la plus populaire de couvrir l’eau rapidement et de localiser les maskinongés du lac Sainte-Claire qui passent leurs journées à isoler des bancs de poissons-appâts. Lancer sa ligne est également efficace autour des imposants lits de végétation, et les deux méthodes fonctionnent bien près des embouchures des rivières le long de la rive sud. On y attrape de gros poissons, mais le lac Sainte-Claire est mieux connu pour la possibilité d’attraper une douzaine de poissons de taille moyenne ou plus au cours d’une bonne journée. Si vous n’avez jamais attrapé de maskinongé auparavant, le lac Sainte-Claire pourrait être le meilleur endroit où commencer.

Baie Georgienne

D’une longueur de 190 kilomètres et avec des milliers d’îles, baies et anses, la baie Georgienne du lac Huron offre de nombreux endroits où les maskinongés peuvent se cacher. L’astuce consiste à trouver les secteurs possédant des concentrations de poissons et, même si cette tâche peut s’avérer complexe, elle en vaut grandement la peine. Le plus gros maskinongé jamais pris en Ontario, une bête de 29 kilos pêchée au port Blackstone en 1988, n’est qu’un exemple des poissons de taille trophée qui nagent dans ces eaux. La fin de l’été est le meilleur moment pour trouver des maskinongés le long des tombants et des transitions entre les rochers et la végétation. À la fin de l’automne, les maskinongés se dispersent en eau libre, mais peuvent se concentrer dans les secteurs où le touladi, le corégone et le cisco fraient.

Rivière des Outaouais

Cette rivière géante coule sur des centaines de kilomètres dans la province, mais certaines des meilleures eaux à maskinongé se trouvent près de la capitale nationale. La rivière des Outaouais compte de nombreux guides pour la pêche au maskinongé et beaucoup de bons points d’accès à des secteurs où des maskinongés de 127 centimètres sont courants. Le caractère de cette rivière varie grandement, mais de saines populations de gros maskinongés divertissent les pêcheurs dans les secteurs herbeux peu profonds et fertiles, ainsi que dans les zones profondes et rocheuses.

Fleuve Saint- Laurent

De Kingston jusqu’à la frontière avec le Québec, le fleuve Saint- Laurent est un producteur légendaire de maskinongés géants pouvant atteindre 152 centimètres. Les secteurs névralgiques incluent la rive nord des Mille-Îles jusqu’à la région de Brockville, où les pêcheurs pêchent à la traîne le long des hauts-fonds à rupture rapide ou sur les bords des chenaux avec des poissons-nageurs de plus de 30 centimètres. Cette étendue d’eau n’est pas reconnue pour le nombre de prises, mais si vous êtes à la recherche d’un trophée, une visite s’impose.

Lacs Kawartha

Les lacs Kawartha du Sud de l'Ontario offrent des eaux prometteuses pour les pêcheurs qui désirent attraper beaucoup de maskinongés. Les lacs Kawartha font partie de la voie navigable Trent -- Severn, qui relie la baie Georgienne du lac Huron au lac Ontario, et qui incluent notamment les lacs Rice, Pigeon, Sturgeon et Buckhorn. On y pêche des poissons de taille trophée chaque année, mais ces lacs de chalets au nord de Toronto sont bien connus pour produire plusieurs poissons avides. Si vous trouvez des secteurs rocheux qui se transforment en lits de végétation, vous trouverez des maskinongés.

Pavillons et camps éloignés accessibles par avion pour la pêche au maskinongé


Une faible pression exercée par la pêche et la nature sauvage intacte propre aux destinations de pêche éloignées procurent des possibilités de pêche exceptionnelles pour différentes espèces, incluant le maskinongé. 

Le lac Kishkutena se trouve à 20 minutes en avion de Nestor Falls et est reconnu pour ses quantités exceptionnelles de poissons, où les pêcheurs peuvent attraper une demi-douzaine de maskinongés ou plus par jour. Ce lac de 11 kilomètres de longueur produit également des poissons de taille trophée de plus de 127 centimètres et abrite plusieurs camps éloignés, dont le  Young's Wilderness Camp, Kelly’s Castaway et Northwest Flying Inc.

Le lac Rowan est profond et limpide et est bien connu pour ses gros maskinongés. Avec plus de 60 îles et ses structures riveraines connexes, vous ne manquerez pas d’habitat à maskinongé à explorer. Alexander’s on Rowan est constitué d’un pavillon principal et de chalets bâtis sur une île au milieu d’un lac de 30 kilomètres de long et est accessible par hydravion à partir de Nestor Falls.

Le lac Upper Manitou et le lac Lower Manitou au nord de Fort Frances offrent une série de bassins lacustres principaux sur une longueur de 50 kilomètres reliés par des étranglements où les pêcheurs de maskinongés pêchent tant dans les lits de végétation peu profonds que dans les structures rocheuses profondes en espérant attraper les célèbres maskinongés de Manitou. Plusieurs pourvoyeurs sur le lac offrent un hébergement en pavillon de style tout inclus ainsi que dans des camps éloignés. Le pavillon Manitou Weather Station, le Green Island Lodge, et Barker Bay Resort and Outposts sont accessibles par hydravion ou bateau.

Mis à jour : 25 mai 2022

À la recherche de conseils touristiques sur l’Ontario?

Nos experts sont ici pour vous aider à planifier votre voyage idéal. Téléphonez ou réservez aujourd’hui.